Accès fermé à la grotte Marie-Madeleine de la Sainte-Baume

Accès fermé à la grotte de la Sainte-Baume : la Région veut débloquer 200.000 euros

 

La plus grande inquiétude concerne les infiltrations d’eau derrière le pan de pierre situé (sur la photo) en hauteur sur la gauche. Photo Laurent Martinat

 Menacée d’écroulement, la falaise doit faire l’objet de travaux colossaux. La Région Paca annonce le vote d’une première enveloppe de 200.000 euros. Plusieurs millions seront sûrement nécessaires.

Trois mois après l’édition de l’arrêté municipal interdisant l’accès au chemin menant à la grotte Sainte-Baume, la Région annonce vouloir débloquer 200.000 euros dans le dossier de sécurisation du site.

Cette enveloppe devrait être votée au mois de décembre lors de l’assemblée plénière.

« Il nous appartient de pouvoir rendre au plus tôt cet endroit exceptionnel aux pèlerins venus chercher là une source de spiritualité, mais aussi à tous les visiteurs du Parc naturel régional désireux de pouvoir admirer cette merveille de Provence-Alpes-Côte d’Azur », poursuivent les services régionaux.

500.000 VISITEURS PAR AN

Une excellente nouvelle pour les visiteurs – ils seraient 500.000 par an selon l’office de tourisme -, les frères dominicains, les pèlerins, les habitants et les élus.

« C’est une bonne nouvelle. Lors de la visite de M. Muselier en août, nous avions beaucoup échangé. J’ai été rassurée par le fait qu’il veuille nous aider », lâche Carine Paillard, maire de Plan-d’Aups.

 

À LIRE AUSSI

Pourquoi la fermeture de la grotte de la Sainte-Baume est une vraie catastrophe pour l’économie locale

Selon la Région, ces 200.000 euros forment une première tranche, à laquelle d’autres vont s’ajouter. Le coût total des travaux, non encore définitif, s’élève à plusieurs millions d’euros. L’État, ainsi que des partenaires, devraient également participer au financement.

Saisi, le Parc naturel régional (PNR) de la Sainte-Baume, composé de vingt-six communes adhérentes, est aujourd’hui le maître d’ouvrage délégué dans le dossier.

« Nous portons le projet afin qu’il soit neutre financièrement pour la commune de Plan-d’Aups. On ne peut pas la laisser seule », explique Michel Gros, président du PNR.

La dernière étude, celle menée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) à la demande des services de la direction des territoires et de la mer du Var, s’est achevée par un rapport datant du 18 mars 2019.

Depuis, la situation, complexe, ayant pu évoluer, il s’agit de tout reprendre à zéro.

Les expertises seront menées à l’aide de matériels (drones) et de moyens humains (cordeurs), ayant pour mission de sonder la roche, fragilisée par les infiltrations d’eau.

Des purges de la falaise sont sans doute à prévoir ainsi que des filets de sécurité supplémentaires.

Il y a 20 ans déjà…

Aucun mystère. La falaise subit les affres du temps et une déstructuration normale. Les travaux de sécurisation font et feront sans doute régulièrement partie de l’histoire de la grotte.

La dernière très grosse opération date de 1999. Après 26 mois de fermeture de la grotte, des premiers travaux sont entrepris mais interrompus.

On avait sans doute sous-estimé l’importance des travaux à l’époque et des dégradations avaient été constatées par l’éco-musée.

« Il existait, en surplomb de la grotte, une roche appelée Doigt de Dieu, particulièrement dangereuse. Elle devait être retirée par fragments et par le haut. Or, à la suite d’incidents, de gros blocs se sont détachés et ont tout détruit dans leur chute », expliquent Daniel Garcin et Jean-Marc Thenoux, le président et le directeur de l’écomusée situé à la Sainte-Baume.

Près de 15 tonnes de roche avaient chuté. « Le doigt de Dieu n’a pas supporté l’intervention humaine », écrivait, avec un peu d’humour, notre confrère ayant couvert ce sujet.

Grâce au concours de l’État, la Région et le Département ayant signé un chèque de plus de 7 millions de francs, les travaux ont repris en 2001.

Après quatre ans de fermeture, la grotte a été rendue à ses adeptes. La première messe a été dite en 2002.

Source VarMatin

Chiens de protection en randonnée : quels gestes adopter ?

[Vidéo] Chiens de protection en randonnée : quels gestes adopter ?

Le Parc national des Écrins revient dans une vidéo pédagogique sur les bons gestes à adopter en cas de rencontre avec des chiens de protection de troupeaux lors d’une randonnée. L’éthologue Jean-Marc Landry se met en situation pour éluder les différents cas de figure : contourner le troupeau en restant à distance ; se signaler si l’on passe à proximité ; s’arrêter, faire face aux chiens, ne pas les fixer dans les yeux, leur parler calmement et intercaler un objet s’ils approchent.

 

 

Source Montagnes-magazine

 

Amicalement.

 

Protection du Milieu Montagnard : VOIES D’ESCALADE SENSIBLES DANS LES GORGES DU VERDON

 

VOIES D’ESCALADE SENSIBLES DANS LES GORGES DU VERDON

 

Pour ne pas déranger les oiseaux…

Depuis plusieurs années, la Ligue pour la Protection des Oiseaux PACA (LPO), le club d’escalade Lei Lagramusas et le Parc naturel régional du Verdon participent à l’information et la sensibilisation des grimpeurs sur la nidification des Vautours fauves et d’autres oiseaux nichant en falaises dans les grandes gorges du Verdon. Après ces 2 mois de confinement pendant lesquels la faune a pu profiter de la quiétude des lieux, celle-ci est à présent plus que sensible au dérangement.

 

La reproduction des vautours de la colonie du Verdon s’étale entre fin décembre et fin août, soit pour chaque couple, de la ponte d’un œuf unique à l’envol du poussin. Il s’agit donc d’une période particulièrement sensible pour cette espèce rupestre.

Cette année, 40 voies d’escalade sensibles passant à proximité de 25 nids de Vautours fauves ont été identifiées et des affichettes informatives sont installées au relais ou aux sommets des voies.

Pour la quiétude de la reproduction de ces grands rapaces, nous vous remercions donc de bien vouloir éviter de les emprunter pendant la période de sensibilité soit de janvier à août.

A télécharger : la liste des voies sensibles 

(Liste susceptible de changer en fonction de l’évolution de la reproduction)

 

 

Prenez 5 min pour visionner cette vidéo réalisée par la LPO Grands Causses sur le thème « Vautours et activités de plein air ».
De belles images et des témoignages intéressants pour concilier sports de nature et biodiversité : 

https://youtu.be/aVoHtAa6dH0

 

 

 

Source

 

Amicalement.

 

 

Création de nouveaux parcs naturels régionaux et d’une réserve naturelle

Création de nouveaux parcs naturels régionaux et d’une réserve naturelle

À l’occasion du Conseil de défense écologique du 27 juillet, le ministère de la Transition écologique a annoncé la création de nouvelles aires protégées en faveur de la biodiversité. Ainsi, une nouvelle réserve nationale fait son apparition en Alsace. Il s’agit de la réserve du massif forestier de la Robertsau et de La Wantzenau dans le Bas-Rhin. Aujourd’hui, la France compte près de 170 réserves nationales de ce type, avec un haut niveau de protection.

La France compte aussi désormais deux parcs naturels régionaux (PNR) de plus : celui du Mont-Ventoux (Vaucluse) et celui de la Baie de Somme-Picardie maritime (Manche). Reposant sur la présence d’espaces présentant un intérêt naturel, culturel ou paysager de niveau national, chaque parc a pour mission la protection et la gestion de ce patrimoine, le développement économique et social ainsi que l’accueil, l’éducation et l’information du public. Le niveau de protection environnemental est moindre qu’une réserve naturelle. La France totalise une cinquantaine de PNR.

Selon la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, avec ces créations, la France atteint le taux de 30 % de son territoire terrestre et marin protégé (Outre-mer inclus) tous statuts confondus. Reste à savoir précisément quelle proportion de ce territoire est sous protection forte. Une question sensible à l’heure où le Gouvernement peaufine ses nouvelles stratégies de création d’aires protégées terrestres et marines sous la pression des ONG, mécontentes de la tournure que prennent les travaux : « la stratégie se concentre davantage sur la quantité plutôt que sur la répartition équilibrée de ces zones de protection forte, sur l’ensemble du domaine maritime. Atteindre 10 % de protection forte en termes de surface, sans s’engager sur la représentativité des AMP sur l’ensemble des façades et écorégions qui constituent le domaine maritime français n’aurait pas de sens », alertent un collectif d’associations.

Florence Roussel, journaliste
Rédactrice en Chef

© Tous droits réservés Actu-Environnement

Décret n° 2020-914 du 28 juillet 2020 portant classement du parc naturel régional du Mont-Ventoux (région Provence-Alpes-Côte d’Azur)

 

Amicalement.

 

 

Calanques : les travaux sur le sentier de Port-Pin touchent à leur fin

Marseille – Calanques : les travaux sur le sentier de Port-Pin touchent à leur fin

Le projet vise à protéger la flore et à sécuriser l’accès du site très fréquenté

Par A.A.             DIMANCHE 14/06/2020 à 15H14

 

La descente est raide ici, je prends mon temps car il y a cinq ans, je me suis retrouvée par terre ! » Si ce petit incident de parcours n’a pas découragé Arianne et son mari de renfiler les chaussures de rando pour découvrir la calanque de Port-Pin après un long voyage depuis le Doubs, il est vrai que le sentier qui mène à la plage n’est pas vraiment confortable. 

 

Au fil des saisons, cette traverse particulièrement empruntée par les marcheurs et les touristes devenait dangereuse. Et à mesure des piétinements répétés, la flore ne parvenait plus à se régénérer naturellement. Depuis deux semaines, une vaste opération d’aménagement et de sécurisation du site a donc été lancée. « La problématique du Parc national des Calanques est qu’il est situé à proximité d’une grande métropole où le passage est très fort. Les gens ont des habitudes qui ne sont pas cadrées, ils ne savent pas quel chemin emprunter, constate Laureen Keller, responsable du projet. Résultat : ils divaguent. L’objectif de ce projet est à la fois de ramener le public sur les sentiers balisés pour éviter ce phénomène de piétonnisation qui érode la flore, et d’aménager le site pour qu’il soit plus lisible et confortable. » 

L’idée n’est surtout pas de contraindre mais de permettre aux visiteurs de comprendre où circuler sans dénaturer l’environnement. Car à ce rythme, la pinède qu’on traverse avant de piquer une tête dans l’eau turquoise est menacée de disparaître. « La calanque de Port-Pin est l’une des plus accessibles et attire toute l’année un public très varié. Ce flux répété empêche les pins de se régénérer, explique Laureen Keller. Le deuxième enjeu est évidemment de sécuriser l’accès. Par méconnaissance, les gens ne viennent pas toujours équipés, certains sont en tongs et l’érosion des roches devenait dangereuse. Là, nous créons un emmarchement naturel, ce n’est pas un escalier. La largeur du sentier permettra aux gens de se croiser et de supporter la fréquentation. » D’ici une semaine, la descente de Port-Pin et le début du sentier qui conduit au belvédère d’En Vau seront finalisés. Au total, huit sites seront aménagés avant la fin de l’année dans le cadre du programme Life pour un montant global de 900 000 euros. 

Source

Amicalement.

 

 

 

Lancement du dispositif de Défense des forêts contre les incendies (DFCI)

(DFCI) Mercredi 1er juillet 2020

Lancement du dispositif de Défense des forêts contre les incendies (DFCI) dans le département des Bouches du Rhône.

A partir d’aujourd’hui et cela jusqu’à la fin de la saison à risque des feux de forêt, qui peut aller bien au delà du 30 septembre, le dispositif de DFCI est en place.

Ce dispositif qui couvre le département des Bouches du Rhône, comprend l’armement 7j/7, des vigies pour la détection des départs de feu, les patrouilles actives de véhicules légers d’intervention (VSI, notre photo) mais aussi de patrouilles d’agents forestier assermentés pour faire respecter les réglementations et faire les enquêtes sur l’origine des départs de feu.

Un dispositif et des services qui travaillent en étroite collaboration.
Ce dispositif conséquent est le fruit d’un travail collaboratif de différents services unis pour la protection de nos massifs forestiers : Agents de la Préfecture, Pompiers du SDIS13, Militaires du BMPM, Forestiers de l’ONF et du CD13, Gendarmes, Policiers, Agents du Parc national des Calanques, saisonniers de la Région, bénévoles des Scouts de France et des Comités feux de forets.

Dans les Calanques aussi, vous pourrez les croiser pour prévenir tout départ de feu, pour votre sécurité et la préservation de nos forêts.

Merci et bonne saison à tous !

#ONF #Calanques #forêt #DFCI
Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Pompiers 13Bataillon de Marins Pompiers de MarseilleOffice national des forêtsGendarmerie des Bouches du RhônePréfecture de police des Bouches-du-RhôneRégion Sud Provence-Alpes-Côte d’AzurParc national des CalanquesScouts et Guides de FranceAdccff13

 

Source Infos Calanques

Amicalement.

 

 

Garanti sans virus. www.avast.com